« C'est difficile d'expliquer l'urgence du problème VIH à des gens qui habitent dans des regions du monde moins touchées par cette maladie. Dans les médias, ils ne voient pas d'images dramatiques de gens mourant en masse, comme c'est le cas en cas de guerres ou de catastrophes naturelles.

Les gens atteints du Sida meurent lentement, sans faire de bruit. Ces morts sont totalement évitables.

Je voudrais que les gens comprennent que le VIH/Sida n'est pas un problème du passé. »

Gilles Van Cutsem, médecin pour MSF, Afrique du Sud

POURQUOI S'ALARMER?

( dérouler )

( Fermer )

Aujourd'hui

Hoje, 9,6 milhões de pessoas com HIV/Aids estão seguindo um tratamento que salva suas vidas, os medicamentos antirretrovirais custam uma fração do que costumavam custar, existem muito mais centros de teste e tratamento e novos modelos de cuidados estão aproximando o tratamento dos pacientes. Nos locais onde as pessoas conseguem acessar esses serviços, o número de novas infecções está sendo reduzido a cada ano. Essas conquistas positivas transformaram o que antes era uma sentença de morte em uma doença crônica administrável – para quem consegue tratamento.

Entretanto, não podemos esquecer que a epidemia continua a atingir 1,6 milhão de vidas por ano. Hoje, de acordo com as novas diretrizes da Organização Mundial da Saúde (OMS), mais de 18 milhões de pessoas ainda precisam começar o tratamento. Em muitos países do sul da África, a Aids continua sendo a causa de morte número 1 entre adultos, fazendo com que muitas crianças cresçam órfãs. A Aids continua a destruir vidas e comunidades de maneira chocante.

Nos últimos anos, ouvimos muito falar que o fim da epidemia de Aids estava próximo. Mas, para isso, o progresso não pode ser limitado ou impedido pela implementação muito lenta de estratégias eficientes para combater o HIV. Existem também sinais preocupantes de estagnação do compromisso de líderes internacionais para lutar contra a Aids. Importantes instituições doadoras enfrentam um completo declínio de recursos, o que impede que o tratamento seja oferecido a mais pessoas.

Em alguns países afetados pela epidemia de HIV, a situação ainda é crítica. Se isso não for reconhecido, os planos de tornar o tratamento acessível a mais pessoas serão colocados em risco, assim como a introdução de medidas que comprovadamente impedem a disseminação da doença de forma efetiva.

Convidamos você a abrir seus olhos para o que vemos diariamente em países onde trabalhamos, como República Democrática do Congo, Lesoto, África do Sul e Mianmar.

35,000,000

Le nombre estimé de personnes vivant avec le VIH/Sida dans le monde

18,000,000

de personnes en besoin de traitement n'y ont pas accès

30,000,000+

de personnes sont décédées à cause du Sida ou de causes liées à la maladie depuis le début de l'épidémie

Actuellement, 9,6 millions de personnes atteintes de VIH/Sida suivent un traitement antirétroviral (ARV). Ces médicaments sont beaucoup moins coûteux qu'avant. En outre, on teste beaucoup plus, des centres de traitement ont été créés, et de nouveaux modèles de soins ont été introduits visant à rapprocher le traitement du patient. Partout où les patients ont accès à ces services, le nombre d'infections baisse d'année en année. Grâce à ces avancées, ce qui représentait avant une condamnation à mort est devenu une maladie chronique gérable – du moins pour ceux qui suivent un traitement.

Tout ceci ne doit pas nous faire oublier que l'épidémie tue encore 1,6 millions de gens chaque année. Aujourd'hui, d'après les dernières directives de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), plus de 18 millions de personnes devraient encore être mises sous traitement. Dans de nombreux pays d'Afrique Australe, le VIH/Sida reste la cause de mortalité principale chez les adultes, faisant ainsi de nombreux orphelins. Voir ce virus continuer à détruire des vies et des communautés entières est choquant.

On remarque aussi au niveau mondial que l'engagement des décideurs politiques dans cette lutte contre le VIH/Sida stagne. D'importants bailleurs de fonds se trouvent à court d'argent, ce qui empêche de mettre davantage de gens sous traitement.

Ces dernières années, nous entendons de plus en plus de discours politiques très optimistes laissant entendre que la fin de l'épidémie de Sida est proche. Or, les progrès risquent d'être limités ou bloqués si on tarde à mettre en action des stratégies efficaces pour lutter contre le VIH.

Dans certains pays affectés par l'épidémie, la situation demeure critique. Si on ne reconnaît pas cela, on risque de compromettre les plans visant à rendre le traitement accessible à plus de personne et l'introduction de mesures efficaces pour prévenir la propagation de la maladie.

Nous vous invitons à ouvrir les yeux sur ce que nous voyons quotidiennement dans les pays dans lesquels nous travaillons, tels que la RD Congo, le Lesotho, l'Afrique du Sud et le Myanmar.

Avec le soutien de la Svenska PostkodLotteriet